Réponses aux questions de Châtillon 2030 des candidats à l’élection départementale

Au travail

Equipe Lounes ADJROUD et Astrid BROBECKER

C’est avec une grande attention que nous répondons à vos questions relatives à notre vision de Châtillon dans le cadre de la politique du Conseil Départemental des Hauts-de-Seine.

L’ensemble de nos propositions pour un département solidaire et écologiste est également progressivement mis en ligne sur notre site : chatillon-fontenay.fr

Nous restons bien entendu à votre disposition pour tout échange avec vous sur ces sujets. Cordialement,
Lounes ADJROUD Andy KANGOUD [remplaçant]


• Quartier Nord : zone métro-Vauban

Que proposez-vous pour améliorer l’entrée nord de la ville, du carrefour du métro au carrefour Liberté- Verdun, tant en plantations d’arbres qu’en termes de voirie ?
Envisagez-vous de soumettre, une fois élu, un projet de rénovation du périmètre relevant de l’Office départemental de l’Habitat du 92 dite zone Vauban, déjà très ancienne, et qui mériterait certainement d’être profondément remaniée.

Sur l’entrée nord de notre ville, au niveau du carrefour du métro Châtillon-Montrouge :
Nous souhaitons un aménagement ambitieux permettant de démêler et de sécuriser les usages multiples (piétons, usagers des bus, cyclistes, usagers du métro et de la future ligne Grand Paris Express). Cette approche globale, en concertation avec les multiples autorités territoriales en charge sur la zone, n’a jamais été faite et se doit d’aller bien au-delà du simple remplacement de potelets endommagés...

  • -  Revoir l’agencement de la place piétonne allant de Bricorama à l’entrée de la ligne 13 (Coulée verte et rue André Gide) en pleine concertation avec la Ville qui travaille actuellement sur le remaniement complet du marché Maison Blanche, pour sécuriser les allées piétonnes.

  • -  Pérenniser les aménagements cyclables pour les sortir du trottoir : prolonger la vélo-rue avec une piste en site protégé en parallèle du couloir de bus, revoir la section de la Coulée verte aujourd’hui en conflit d’usage total avec le parcours du tram via la plantation d’un « corridor végétal » qui guidera les vélos vers la RD906 en les isolant des piétons.

  • -  Renforcer la végétalisation de cette entrée de ville quasiment uniquement minérale aujourd’hui : plantation du terre-plein central par une rangée d’arbres à fleurs, élargissement des pieds d’arbres pour les connecter les unes aux autres et permettre une restauration progressive de trames brunes pour un raccordement avec la Coulée verte.

    Sur la résidence Vauban :
    La réhabilitation du parc immobilier châtillonnais, et plus largement du parc HLM départemental, est évidemment une priorité qui doit être activée : rénovation des parties communes, amélioration thermique pour diminuer la facture énergétique, isolation phonique des logements, végétalisation des espaces extérieurs et aménagement de jeux pour enfants de qualité.

    Sur l’ensemble de ces questions, la municipalité a déjà engagé des discussions avec le bailleur, notamment à Vauban, où d’importants travaux de réaménagement des aires de jeux pour enfants et des voies intérieures sont d’ores et déjà en cours de préparation, en concertation avec la Mairie.

    Le Département se doit bien entendu de respecter aussi ses obligations de propriétaire en assurant une bonne maintenance avec l’augmentation du nombre de gardiens, la réparation rapide des pannes d’as- censeurs, la propreté des poubelles, la dératisation, la gestion des voitures ventouses...
    Nous croyons également au développement de l’action du Pôle solidarité de Hauts-de-Seine Habitat, créé seulement fin 2020 pour accompagner les retards de loyers, mener des actions de prévention jeu- nesse, mettre en place une charte de travail avec les amicales de locataires...

    Pour être efficace et entendue sur le long terme, notre municipalité aura besoin d’être appuyée, et non concurrencée, par un Conseiller départemental qui partage sa ligne d’action.

• Sécurité

Quelles orientations soutiendriez-vous afin de rendre moins anxiogène la traversée de la D906 pour nos enfants, ou jeunes adolescents, qui doivent se déplacer vers des établissements scolaires de l’autre côté de la départementale, ainsi bien sûr, que pour nos anciens ? Limitations de vitesse ? Refonte des carrefours ? Et, aussi, en corolaire, aboutir à une circulation moins chaotique...

La sécurisation de toutes les traversées piétonnes de l’ensemble de la ville fait partie de nos priorités. Au sein de l’équipe municipale de Châtillon, nous avons commencé un travail de mise en sécurité des piétons au niveau de plusieurs traversées relevant de la commune et proposé des améliorations à plusieurs points problématiques le long des départementales, en l’occurrence la RD906 à Châtillon, mais aussi de la Coulée verte, autre axe départemental important sur le territoire de notre ville.

Sur la RD906, il est primordial de mieux sécuriser les traversées piétonnes par des dispositifs complémentaires : signalisation renforcée, feux à déclenchement automatique, contrôles des vitesse réguliers. La Ville de Châtillon a déjà saisi le Conseil départemental sur une dizaine de points de traversée du nord au sud de la RD906 châtillonnaise ; nous veillerons au suivi et à l’application rapide de ces recommandations très pratiques.

En complément, le Département doit accompagner la région Ile-de-France dans son projet de RER-V dont la RD906 est un axe majeur. L’aménagement des points noirs pour cyclistes que sont le rond-point du 8 mai 1945,le carrefour du tram Centre de Châtillon et l’entrée de ville Nord doit être prioritaire au regard de l’augmentation très forte du trafic cycliste ces derniers mois.

Concernant la Coulée verte, il est indéniable que cet axe partagé est aujourd’hui victime de son succès, les usagers l’empruntant aussi bien à pied qu’à vélo, en famille que lors d’un trajet pendulaire. C’est aux heures de pointe que cette congestion est la plus conflictuelle, notamment aux abords de la gare particulièrement encombrés entre les Châtillonnais se rendant au métro et les “vélotafeurs” du territoire recherchant un itinéraire moins dangereux que les voies départementales.

Nous avons la conviction, partagée avec plusieurs associations de riverains et d’usagers, que des itinéraires cyclables sécurisés permettront aux travailleurs à vélo de désengorger la Coulée verte et laisser ce corridor vert aux piétons.
Pour cela, en accord avec les municipalités de Châtillon et de Sceaux, nous souhaitons mettre en place de véritables aménagements cyclables en continuité et en site protégé tout au long de la RD63. Cet itinéraire de délestage pour les usages pendulaires permettra de pacifier la Coulée verte et de la sécuriser pour les familles et les seniors qui l’empruntent à un rythme plus lent.

Nous voulons aussi, pour ces mêmes usagers, sécuriser l’ensemble des croisements de la Coulée verte avec les voies de circulation transverses : renforcement de la signalisation, installation d’écluses pour forcer au ralentissement des voitures, retrait des places de stationnement masquant la visibilité des piétons, renforcement des éclairages aux croisements... sont autant de mesures pratiques pour protéger les usagers.

Aussi, il existe également un enjeu fort d’aménagement sécurisé pour agencer correctement les places piétonnes (tram Centre de Châtillon, abords du métro ligne 13 au niveau des rues André Gide et rue de l’Avenir notamment) pour éviter les conflits entre usagers, qu’ils soient piétons, cyclistes, commerçants ou collaborateurs des entreprises locales.

Une refonte complète du carrefour « Tram Centre de Châtillon » peut découler de ce sujet de conflits d’usages, projet ambitieux mais qui doit être soumis à l’étude.
De même qu’aux abords du métro où les études doivent être poursuivies de part et d’autre de la future gare (côté RD906 comme RD63, sous les deux ponts SNCF), en bonne coordination avec les villes de Châtillon, Montrouge et Bagneux, et la société d’aménagement du Grand Paris au sein du comité de pilotage dédié à la future gare.

Enfin, concernant la “circulation chaotique”, nous pensons qu’il est temps de miser sur des solutions alternatives à l’automobile individuelle.
Permettre aux habitants du territoire de se déplacer autrement prend ici tout son sens lorsqu’on observe la congestion en sortie de Châtillon dès 8h le matin. Les nouvelles constructions au sud de la RD906 et les futurs travailleurs qui y logeront ne permettent pas d’envisager une circulation fluide sans une pluralité des moyens de déplacement. Ainsi, le nombre de tramway n’étant pas prévu à la hausse, la sécurisation de l’itinéraire cyclable le long de la RD906 est une solution plus que pertinente pour inciter à la mobilité active et permettre à chacun de rejoindre son lieu de travail. In fine, l’augmentation de la part modale de cycliste permettra un trafic motorisé moindre, permettant aux automobilistes obligés de pouvoir utiliser leur voiture plus facilement.

Au travail

Equipe Anne-Christine Bataille et Laurent VASTEL

Dans le cadre des élections départementales qui se tiendront les 20 et 27 juin prochains, Châtillon 2030 a souhaité nous interroger sur 3 axes.

La majorité des questions concerne spécifiquement Châtillon, et forme le cœur de l’engagement départemental d’Anne-Christine Bataille, d’autres sont plus générales. C’est donc Anne-Christine qui répondra aux questions qui relèvent de Châtillon, dans le prolongement des actions concrètes menées par elle depuis 6 ans au sein de la majorité départementale, détaillant dans le même temps ses engagements pour les années à venir au service des châtillonnais.

Les questions plus générales amèneront une réponse commune, illustrant notre travail commun au service de notre canton.

Que proposez-vous pour améliorer l’entrée nord de la ville, du carrefour du métro au

carrefour Liberté-Verdun, tant en plantations d’arbres qu’en termes de voirie ?

Envisagez-vous de soumettre, une fois élu, un projet de rénovation du périmètre relevant de l’Office départemental de l’Habitat du 92 dite zone Vauban, déjà très ancienne, et qui mériterait certainement d’être profondément remaniée.

Concernant la végétalisation le long des avenues de Verdun et de Paris, 78 arbres ont été plantés en début d’année, offrant ainsi une belle diversité d’essences.
A mon initiative, une étude de végétalisation le long du tramway sur les surfaces gazonnées a été sollicitée. Elle est actuellement en cours et prendra en compte le choix d’essences correspondant aux enjeux environnementaux et climatiques de notre territoire.

Concernant le quartier Vauban et Peyronnet, depuis 2015, de très nombreuses actions ont été réalisées en relation avec l’association des locataires et le bailleur social pour améliorer le quotidien de tous les habitants du quartier telles que la pose de persiennes sur l’ensemble des appartements, le remplacement d’ascenseurs dans 2 immeubles, des opérations de dératisation faites régulièrement, la rénovation des halls d’immeuble, l’enlèvements d’épaves sur le parking extérieur, la privatisation du parking ou bien encore, comme récemment, à la verbalisation de la mécanique sauvage. Plus de 1,6 millions d’euros ont été investis pour ce quartier où beaucoup de choses restent encore à faire. Sans parler des logements d’hébergement d’urgence que j’ai pu mettre en place en partenariat avec les bailleurs sociaux et les associations.

Pour le prochain mandat, je propose plusieurs projets importants pour prolonger les actions déjà engagées et continuer à revaloriser les bâtiments tout en réaménageant les espaces extérieurs pour une résidentialisation plus verdoyante et cohérente avec la proximité de la coulée verte : Ainsi, je veille à la poursuite des changements d’ascenseurs et la rénovation des cages d’escalier. En collaboration avec l’association de locataires, nous proposerons une réorganisation des collectes des ordures ménagères et la création d’un véritable « poumon vert » arboré et d’aires de jeux adaptées ainsi que la mise en place de Conseils de résidents.

Quelles orientations soutiendriez-vous afin de rendre moins anxiogène la traversée

de la D906 pour nos enfants, ou jeunes adolescents, qui doivent se déplacer vers des établissements scolaires de l’autre côté de la départementale, ainsi bien sûr, que pour nos anciens ? Limitations de vitesse ? Refonte des carrefours ? Et, aussi, en corolaire, aboutir à une circulation moins chaotique...

Concernant la traversée du tramway, à mon initiative, des panneaux solaires lumineux d’avertissement ont été installés aux abords.
De même, les points d’amélioration ont été identifiés. A mon initiative, une concertation avec les riverains, l’exploitant et la commune a été menée. Des réflexions sont actuellement en cours pour trouver des solutions techniques adaptées et plus satisfaisantes de sécurisation.

Concernant les intersections des rues Guy Moquet et Léonard Mafrand avec l’avenue de Paris, A la demande des riverains et en lien avec eux, j’ai demandé la mise en place d’une étude afin de pouvoir leur proposer des mesures complémentaires de sécurisation. Plusieurs options devraient être envisageables : soit en les équipant de feux tricolores, soit en les aménageant en « mini zones 30 » avec des plateaux surélevés, qui ont l’avantage de bien marquer les traversées et de contraindre les automobilistes à les franchir au pas.

Enfin, une analyse des stationnements potentiellement gênants pour les piétons est engagée et des propositions seront faites dans les prochaines semaines.

Par ailleurs, j’ai sollicité l’implantation de radars pédagogiques dans les deux sens de circulation aux emplacements définis par les services départementaux de la voirie, dans le respect des règles techniques (par exemple en dehors des zones de carrefours), pour objectiver la situation avant le cas échéant d’entreprendre des études ciblées. A proximité de l’école arc-en-ciel, un ralentisseur a été posé sur la contre-allée.

Je continuerai à soutenir les actions de prévention routière pour nos collégiens et propose pour l’avenir d’y intégrer un programme de sensibilisation adapté à la traversée de la 906.

Et je continuerai à solliciter du Département la mise en place d’aménagements cyclables aux abords de la future station de métro suffisamment attractifs et sécurisés pour inciter les cyclistes à emprunter ces voies dédiées plutôt que les chemins des Vallons de la Bièvre (coulée verte). Toutefois, et parce qu’il est vain d’imaginer que les cyclistes cesseront d’emprunter la coulée verte, nous proposerons, avec Laurent Vastel un plan ambitieux d’aménagement de la coulée verte afin de protéger les piétons et fluidifier le parcours cyclable.

Pouvez-vous vous engager à faire mettre en œuvre l’extension du collège George

Sand ? Cette extension avait bénéficié d’un avis favorable émis par le président du Conseil départemental en 2018 en réponse à une demande de la précédente Municipalité. Sa construction supposait que l’actuelle école Jean Jaurès soit démolie. Quelles solutions préconisez-vous pour gérer l’intervalle : nouvelle sectorisation ? Vous engagez-vous à pérenniser dans ce cadre notre quota à Alain Fournier, voire à l’étendre ?

En 2018, le Département s’est engagé à réaliser l’extension du collège George Sand. Celle-ci reste d’actualité et vous pouvez compter sur ma détermination pour veiller au respect de cet engagement. Comme vous le savez, cette extension ne pourra pas intervenir avant 2024 car elle nécessite d’attendre la libération du terrain le jouxtant. Un retard dans la réalisation du projet de construction de la nouvelle école maternelle, entraine par ricochet le report de la réalisation de cet agrandissement.

Concernant la sectorisation des élèves châtillonnais au collège Alain Fournier de Clamart, celle-ci ne sera pas remise en cause. Compte tenu des effectifs actuels du premier degré, une hausse des effectifs au Collège George Sand pourrait intervenir à compter de la rentrée 2023. Si les prévisions confirment une hausse à long terme, une modification de la sectorisation pourra bien entendu être engagée. Elle aura pour objectif de répartir les élèves châtillonnais entre les collèges du département Paul Eluard, George Sand et Alain Fournier. Sur cette question comme pour les autres, je resterai particulièrement vigilante à ces évolutions éventuelles. Je suis d’ailleurs très fière du mur d’escalade que j’ai pu obtenir dans le gymnase Paul Éluard ou encore du dispositif de médiation éducative qui a été déployé dans les deux collèges.

Enfin, vous nous interrogez sur le maintien de l’aide sociale. Là encore, comme vous le savez, l’action sociale est au cœur de notre engagement, fidèles aux valeurs

humaines du centre et de la droite qui se sont largement rassemblées pour soutenir notre candidature.

Contrairement aux affirmations de candidats proches de la gauche de la gauche, le département des hauts de Seine consacre une large part de son budget de fonctionnement à l’action sociale, plus de 900 millions d’euros, plus que le département de la Seine Saint Denis, et, par son excellente gestion, contribue de façon significative aux budgets des autres départements d’Ile de France.

La crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons a rappelé le rôle essentiel du Département qui a débloqué 120 millions d’euros d’aides exceptionnelles pour tous les alto-séquanais. Depuis le début de la crise sanitaire, le département a apporté des aides aux familles, aux plus fragiles, aux artisans et commerçants, aux collégiens, aux communes.

Chaque année, plus de 10 millions d’aides et de subventions essentielles à la qualité de vie de vie de tous les Châtillonnais sont versées pour financer :

  • -  les établissements municipaux d’accueil de jeune enfant

  • -  les relais d’assistantes maternelles parentales

  • -  des activités sportives et culturelles

  • -  la coordination gérontologique

  • -  le conservatoire de musique et de danse ainsi que le théâtre

  • -  le club de prévention Action Jeunes

  • -  des dispositifs d’actions et d’éducation artistique et culturelle pour nos

    collégiens.

    De la même façon, plus de 7 millions d’euros sont consacrés à l’aide sociale pour les Fontenaisiens chaque année.

    Comme vous le voyez, notre action déterminée au cœur de l’exécutif départemental a permis de garantir un haut niveau d’aides et d’accompagnement pour nos concitoyens en difficulté.

    Il a rendu possible de nombreuses opérations importantes pour notre qualité de vie. Toutes ces réalisations, à Châtillon comme à Fontenay-aux-Roses, ont bénéficié d’un soutien financier du Département allant jusqu’à 80 % du coût total de chaque projet. Citons, par exemple, à Châtillon le gymnase Vastel dans le complexe Roland Garros, l’école Jules Verne, l’extension de la crèche Farandole ou la rénovation à venir du cinéma ou bien encore la construction prochaine d’une école maternelle dans le secteur Jean Jaurès. A Fontenay, il a largement contribué à la rénovation

des trois places du centre-ville, à la livraison de deux gymnases, d’une école rénovée, d’équipements sportifs...

De nombreux autres projets ont vu le jour tels que l’aménagement de plusieurs voiries (devant la poste, rue des pierrelais, boulevard de la liberté ou rue Pierre Brossolette), des aménagements d’arrêts de bus. De nombreuses aides ont été déployées pour nos associations sportives et culturelles. De même, la coulée verte a bénéficié de nombreux aménagements pour l’éclairage, la végétalisation et l’installation d’une aire sportive dont la réimplantation devrait démarrer dans les prochains jours. Nos séniors et les plus fragiles ont bénéficié de nombreuses activités visant à lutter contre l’isolement.

Nous vous invitons à prendre connaissance de nos documents de campagne (sur les réseaux sociaux @chatillon_FAR 2021 / FB : Défendons l’avenir de nos villes, mais aussi dans vos boites aux lettres) qui vous présenteront d’autres projets pour 2021- 2028 pour la vidéo-protection, pour les associations, pour les activités sportives ou de nouveaux projets d’investissements pour les structures communales bâties.

En 2015, les Châtillonnais et les Fontenaisiens nous ont accordé largement leur confiance. C’est fort des actions concrètes que nous avons réalisées pour les collèges, les écoles, les crèches, la sécurité, les mobilités, les solidarités à tous les âges de la vie et le logement, que nous sollicitons à nouveau les suffrages de nos concitoyens.

Être dans la majorité départementale est une force qui a permis de relancer la coopération entre le département et nos deux communes qui ont ainsi pu bénéficier de plus de 21 millions d’euros pour l’amélioration de notre quotidien et de notre cadre de vie.

Le 20 juin, en nous renouvelant votre confiance, nous poursuivrons notre engagement avec la même détermination et le même enthousiasme pour tous les Châtillonnais et les Fontenaisiens.

Au travail

Equipe Michel FAYE et Christine VICARI

Je vous remercie de votre courrier concernant 3 grands thèmes qui relèvent directement ou indirectement du département des Hauts de Seine. Ces 3 grands thèmes font partie de mes centres d’intérêt et de mes compétences, par mes fonctions de maire-adjoint ( 2014-2017) à l’urbanisme et aux mobilités, par mes engagements comme membre du CA du Collège des Ormeaux à Fontenay, comme représentant des parents d’élèves, puis de la Ville.

  

Thème 1  Quartier Nord : zone métro Vauban

C’est une zone extrêmement dense, avec beaucoup de circulation. Un travail de fond associant la Ville, le département et la Région Ile de France (pour les transports) est nécessaire. Cette étude doit aussi associer les habitants et doit se faire dans la plus grande transparence. Ayant été maire-adjoint en charge de l’urbanisme et des mobilités dans ma Ville de Fontenay,  je connais les difficultés de ce travail qui est passionnant, mais très chronophage. Je milite d’ailleurs contre le cumul des mandats, vu mon expérience de maire adjoint. Je suis prêt à étudier ce dossier de manière approfondie.

Quant aux arbres, ce sont nos meilleurs alliés face aux dérèglements climatiques et aux pollutions.  Je suis pour en planter le maximum possible en particulier dans les milieux urbains très denses.


Thème 2 : Sécurité (des déplacements)

Pour la D 906, comme pour toutes les routes du département, je suis pour l’installation d’une piste cyclable sécurisée dans chaque sens. C’est possible, d’autres départements sont en train de le faire ( le 93 notamment ). En milieu urbain le vélo est le mode de déplacement le plus rapide ; avec un VAE, les côtes n’existent plus.

Le but à atteindre est que chaque enfant puisse aller à l’école à pied, à vélo ou à trottinette en toute sécurité : c’est un travail à mener entre le département (voirie départementale), la ville et les associations de parents d’élèves, comme j’en ai fait l’expérience à Fontenay.

Que la vitesse soit limitée en milieu très dense me parait une évidence : Chatillon pourrait devenir une ville « 30 », en s’appuyant sur l’expérience de Fontenay, et d’autres villes.

Pour la traversée piétonne de la D906 la solution qui garantit une sécurité à 100% pour les piétons et les circulations douces est la passerelle ; le souterrain est à éviter pour des raisons de sécurité d’un autre genre… à étudier entre la ville et le département.

Les carrefours doivent être refondus en particulier si on veut sécuriser vélos et trottinettes, et sécuriser les traversées piétons.

Pour rendre la circulation moins chaotique, il est important de réduire par tous les moyens les flux de circulation, mais on ne peut obtenir une réduction de l’usage de la voiture que si l’on offre des alternatives fiables  pour se déplacer autrement: c’est un travail de longue haleine, dans lequel la concertation avec l’ensemble des usagers est essentielle. 

Thème 3 Collège

C’est un thème que je connais bien, ayant été membre du CA du collège de Fontenay, pendant 8 ans en tant que représentant élu des parents d’élèves et 3 ans en tant que représentant de la municipalité.

Deux options : soit on agrandit le collège George Sand ( option 1), soit on crée un troisième collège ( option 2), dans ce dernier cas il faut trouver un emplacement. 

Si l’on démolit l’école Jean-Jaurès ( option 1) l’idéal serait de créer une nouveau groupe scolaire avant sa démolition. Reste le problème du site.

Dans ce dernier cas une modification de la sectorisation pourrait avoir lieu, mais un peut créer des sectorisations souples avec des parties communes. Madame Bourdet, élue associative, maire adjointe aux écoles de 2014 à 2018 à Fontenay l’avait expérimenté avec succès.

La pérennisation du quota à Alain Fournier doit être a minima conservée, et si possible étendue. Cela pourrait être revu en cas de construction d’un 3ème collège à Châtillon ou d’un fort agrandissement du collège George Sand


Voilà quelques réponses rapides, que je suis prêt à développer. 

Si nous sommes élus au Conseil départemental, ma binôme Christine VICARI et moi, nous nous impliquerons avec ténacité à remplir au mieux notre mandat dans l’intérêt de tous les habitants de Châtillon et de Fontenay, les 2 villes de notre canton. C’est pour cela que nous sommes opposés au cumul des mandats, pour avoir la meilleure efficacité possible.

 
imaged906_edited.jpg

Questions de Châtillon 2030 aux candidats à l’élection départementale

Madame, Monsieur, vous êtes candidat aux élections départementales. L’association Châtillon 2030, cercle de réflexion et d’action de Châtillonnais impliqués dans la vie locale, souhaiterait à ce titre connaitre vos positions sur trois grands thèmes qui nous paraissent d’importance, et qui relèvent directement ou indirectement, du département des Hauts-de-Seine.

  • Quartier Nord : zone métro-Vauban

Que proposez-vous pour améliorer l’entrée nord de la ville, du carrefour du métro au carrefour Liberté-Verdun, tant en plantations d’arbres qu’en termes de voirie ? 

Envisagez-vous de soumettre, une fois élu, un projet de rénovation du périmètre relevant de l’Office départemental de l’Habitat du 92 dite zone Vauban, déjà très ancienne, et qui mériterait certainement d’être profondément remaniée.

  • Sécurité 

Quelles orientations soutiendriez-vous afin de rendre moins anxiogène la traversée de la D906 pour nos enfants, ou jeunes adolescents, qui doivent se déplacer vers des établissements scolaires de l’autre côté de la départementale, ainsi bien sûr, que pour nos anciens ? Limitations de vitesse ? Refonte des carrefours ? Et, aussi, en corolaire, aboutir à une circulation moins chaotique…

  • Collèges

Pouvez-vous vous engager à faire mettre en œuvre l’extension du collège George Sand ? Cette extension avait bénéficié d’un avis favorable émis par le président du Conseil départemental en 2018 en réponse à une demande de la précédente Municipalité. Sa construction supposait que l’actuelle école Jean Jaurès soit démolie. Quelles solutions préconisez-vous pour gérer l’intervalle : nouvelle sectorisation ? Vous engagez-vous à pérenniser dans ce cadre notre quota à Alain Fournier, voire à l’étendre ?

Nous vous remercions de prendre en considération nos interrogations qui sont celles que nous avons principalement identifiées chez nos concitoyens, en dehors bien sûr, du maintien, et si possible de l’accroissement de l’aide sociale du département.

Nous posons ces questions à tous les candidats dont nous avons connaissance aujourd’hui. Nous comptons publier les réponses sous quinzaine.

Nous restons à votre disposition pour tout échange avec vous sur ces sujets.

                                                                                                                 

Cordialement,



Alain GAZO

Président de Châtillon 2030

 

Modification PLU Châtillon - Réaction d'Alain GAZO

 

Les vœux d'Alain GAZO - Président de Châtillon 2030

 
PhotoC2030.JPG

Positions Châtillon 2030 au Conseil municipal du 15 décembre 2020

Voici les interventions, en mode succinct, et les positions prises par notre Président, et représentant de
notre association au Conseil municipal du 15 décembre 2020.
-Vœux du Conseil municipal concernant une demande d’indépendance de la région du Haut-Karabagh :
Alain Gazo n’a pas pris part au vote. Quelle que soit l’attention que l’on peut porter aux souffrances
causées par ce conflit, cette question est complexe, et nous la considérons hors-sujet dans une enceinte
locale.
-Présentation de l’avis rendu par la Chambre Régionale des Comptes, saisie par le Préfet sur demande de
la Maire du 31 juillet, sur la foi de soupçons d’irrégularités de gestion de la Caisse des écoles sur la
période 2019-2020. La Chambre a relevé des irrégularités de forme (en réalité liées essentiellement à la
période de la Covid), et constaté qu’il y avait des sommes inemployées, pour une bonne part à cause
d’annulations de nombreuses sorties et voyages liées au contexte, réduisant le besoin d’aides aux familles.
L’adjoint à l’éducation a vivement mis en cause la composition du conseil d’administration, où il n’y
aurait pas de parents d’élèves, ce qui est inexact.
Alain Gazo a rappelé, que pour sa part, il avait indiqué au Maire dès 2014 que la Caisse des écoles ne lui
semblait plus avoir de sens puisque l’esprit coopératif s’était en bonne partie dissipé alors que l’immense
majorité des fonds provenait d’une subvention municipale. De plus, toute structure engendre des frais, de
tenue de compte, etc. Même si elle est gérée de manière drastique. Le principe de décisions collectives
associant élus et personnes de la société civile, peut très bien être maintenu sans besoin d’un
établissement ad hoc.
La majorité municipale penche pour maintenir la Caisse, en renouvelant entièrement le CA (Conseil
d’Administration) – cela est très discutable.
Alain Gazo a rappelé que le fait qu’une partie des sommes disponibles aurait à un moment donné été
employée de manière inappropriée -l’enquête le déterminera, n’a jamais empêché la Caisse de faire face
aux demandes d’aides des parents, des enseignants du primaire, des directeurs d’écoles mais aussi des
professeurs de collège proposant de bons projets et que lui-même a soutenus.
-Nouveau règlement intérieur du Conseil Municipal :
La lecture littérale de certains passages pourrait faire penser à une limitation de la liberté d’expression au
Conseil ; tout est une question de pratique et des assurances nous ont été données de ce point de vue.
Alain Gazo s’est cependant abstenu. Il a donné acte à la Maire de la création de nouvelles commissions
auxquelles l’opposition a été associée.
Cependant – et ce sentiment est confirmé par d’autres élus d’opposition – ces commissions permettent
uniquement de bénéficier d’informations, ce qui est appréciable en soi, mais pas d’influer sur les textes
des déclarations soumises au Conseil.
-Règlement intérieur des Conseils de quartiers :
Certains points de fonctionnement restent un peu obscurs. Alain Gazo s’est abstenu.
-Budget rectificatif partiel : abstention
-Exonération de redevances de stationnement pendant la période de confinement n°2 (il s’agissait d’une
régularisation a posteriori). Alain Gazo a voté pour, en rappelant que l’exécutif précédent avait décidé
cette exonération pendant 3 mois de mars à juin.
En complément, l’équipe actuelle ne semble pas du tout pressée de remettre à plat les modalités de
stationnement, comme elle l’avait pourtant affirmé pendant la campagne électorale. La Maire a d’ailleurs
prévenu que l’on ne reviendrait pas à la gratuité.
Enfin, diverses actions humanitaires - bienvenues mais existant parfois sous d’autres formes, ont été
mises en avant par l’exécutif.

 
PhotoC2030.JPG

Gel des projets immobiliers dans la zone des Arues : un bon premier pas, l’essentiel reste à faire

Le Conseil territorial sur proposition de la Municipalité de Châtillon a décidé d’un gel des attributions des
permis de construire sur la zone des Arues jusqu’à mise en place d’un nouveau PLU. Nous sommes
favorables à cette décision puisque Châtillon 2030 a, toutes ces dernières années, milité en faveur d’un
sensible coup de frein aux projets immobiliers dans la ville, porteurs à la fois de logements et de
bureaux.
Notre but était double. D’une part, préserver un juste équilibre entre zones d’habitations, pavillons,
immeubles, zones d’activités, équipements et espaces verts. D’autre part, puisque nécessité de
logements il y a, de lisser dans le temps les constructions et les livraisons, pour ne pas saturer les
équipements, en particulier scolaires.
Dès février dernier, la majorité municipale, avec le soutien actif d’Alain Gazo, alors adjoint au maire,
avait déjà fait voter par le Conseil territorial une modification du PLU sur la zone des Arues, allant dans
le sens de la décision du Conseil territorial du 15 octobre. Nous soutenons donc cette décision qui vise à
donner le temps de réfléchir à un nouveau PLU, adapté aux exigences actuelles. Evidemment,
l’essentiel reste à faire.
Nous serons très actifs dans les débats au cours de la réflexion sur le nouveau projet de PLU.

 
PhotoC2030.JPG

Création de conseils de quartier : vote favorable, sur le principe, de l’UDI-Châtillon 2030,
réserves sur le mode de désignation des futurs conseillers

Alain GAZO a voté le principe de mise en place de 5 conseils de quartier. En effet, le projet est très
proche de celui qu’il avait proposé il y a 6 ans en Bureau municipal, mais qui fut refusé par une très
grande partie de l’exécutif à l’époque, y compris par ceux qui le réclamèrent ensuite.
Nommé adjoint à la démocratie participative en 2018, Alain GAZO entama alors le processus qui se
poursuit aujourd’hui.
Cependant, le mode de désignation des citoyens qui participeront à ces conseils pose quelques
difficultés, qui ont été mises en lumière par Alain GAZO au conseil municipal du 7 octobre.
Mais, nous dit-on, il faudrait a posteriori, vérifier le respect de la parité hommes-femmes et de certains
autres critères. Nous serons vigilants afin de faire en sorte que la démarche soit transparente de bout en
bout.
Quant à l’urbanisation trop rapide et sans doute excessive de notre commune, la nouvelle équipe nous a
assurés avoir pris des mesures, en particulier sous forme d’un projet de gel du PLU sur la zone des
ARUES, qui vaut pour 2 ans.
Cela nous convient plutôt bien, puisque nous défendions pendant la campagne des municipales l’idée
d’un fort freinage des projets immobiliers.
Quant au stationnement payant, dont certains électeurs avaient cru comprendre -sans doute n’avaient-ils
pas su lire entre les lignes- qu’une future majorité de gauche le supprimerait, il va leur falloir déchanter.
La nouvelle Maire a indiqué en substance que le stationnement ne redeviendrait pas gratuit dans notre
commune car elle est très proche de Paris. Peut être se risquera-t-elle à quelques aménagements dans
l’avenir.

 
PhotoC2030.JPG

Lycée : des places supplémentaires à Monod

Alain Gazo, alors adjoint à l’enseignement secondaire, l’avait annoncé en février dernier, le proviseur du
lycée Monod vient de le confirmer aux parents en cette rentrée : environ 200 places supplémentaires
seront construites prochainement sur le site de l’établissement. Cela fait suite à la décision de principe
de la région Ile-de-France prise début 2020 en étroite concertation avec les Municipalités de Clamart et
de Châtillon alors en place.
Il s’agissait de monter à court terme la capacité d’accueil du lycée Monod, particulièrement apprécié des
Châtillonnais pour sa proximité géographique comme pour la qualité de son enseignement. Cet
agrandissement doit bien entendu se faire en concertation avec les communes, les équipes
administratives et pédagogiques, les parents et les lycéens, tout en évitant des retards préjudiciables
aux futurs promotions de lycéens Châtillonnais comme Clamartois.
Une réflexion plus globale avait d’autre part commencé à être entreprise afin de trouver un meilleur
équilibre global à plus long terme. Elle doit se poursuivre entre tous les acteurs concernés.
Alain Gazo et Châtillon 2030 souhaitent continuer à contribuer à cette réflexion, car il y va de l’intérêt des
Châtillonnais. Nous allons contacter les différentes parties prenantes sans esprit partisan.

 
PhotoC2030.JPG

Prises de positions Alain GAZO au Conseil Municipal du 09/09/ 2020

 Délibération sur la mise en place de 3 stations Vélib à Châtillon et de l'adhésion aux dispositifs Autolib- Vélib du syndicat de communes associées de Paris et de la petite couronne.
La proposition du nouvel exécutif s'inscrit dans la volonté d'accorder une place plus importante aux
vélos dans la ville.
Cette place ne doit pas selon nous se faire aux détriments d'autres moyens de locomotions indispensables pour beaucoup comme l'automobile.
Alain GAZO a demandé des informations sur les coûts induits pour la commune par l'adhésion au
Vélib, en particulier en cas de dissolution du syndicat. La rupture d'Autolib; avec Bolloré constitue
en effet un fâcheux précédent puisque elle se traduit par un déficit d'environ 235 millions d'euros
,que l'opérateur réclame au syndicat , qui englobe la ville de Paris et les communes adhérentes ,
dont la nôtre .. L'affaire est en justice . En cas d'échec , la commune de Châtillon devrait mettre la
main à la poche pour sans doute plus de 1 million d'euros . Face à cette incertitude sur la mesure du
risque financier encouru, Alain GAZO s'est donc abstenu sur cette délibération. Les autres membres
de l'opposition présents ont voté pour.
 Délibération sur l'achat d'un établissement de sushis pour y implanter un poste de police
municipale près du métro. Sur le fond, pourquoi pas, mais dans une ville qui fait 4 km2 , et
où le centre de police municipale est à 200-300 mètres, la mesure ne paraît pas indispensable. Mieux vaudrait effectivement un commissariat ou une annexe.
D'autre part, le coût à la fois en investissement et en fonctionnement apparaît élevé : 195 000 euros,
limite maximale de l'évaluation des domaines pour acheter ce fonds de commerce, montant auquel
il faudra rajouter les frais d'aménagement nécessaire, puis chaque année 45000 euros de loyer. Et il faudra prévoir une garde statique de 2 policiers ,par roulement ,a minima.
Un autre service public pourrait être installé dans ce lieu, mais ,dans un local de 100 m2 environ, on
ne pourra aller bien loin.
Alain GAZO s;est donc abstenu de cette délibération. Les autres membres de opposition ont voté
pour.

 
PhotoC2030.JPG

Châtillon 2030 : plus que jamais dans l’action

Je voudrais revenir en cette rentrée sur les élections de juin et leurs conséquences.
Nous souhaitions à Châtillon 2030 un renouvellement marqué de la politique municipale tout en
conservant les fondamentaux qui fonctionnaient bien. Dans ce cadre, nous avions obtenu satisfaction
de la part du premier adjoint et candidat Jean-Paul Boulet, sur des points tels qu’un urbanisme
apaisée, une plus grande place des espaces verts et une réflexion sur le plan de circulation de notre
ville.
Dans un contexte d’abstention massive lié au covid-19 mais aussi aux doutes d’une partie de
l’électorat de la majorité sortante face à des messages contradictoires, la liste dans laquelle
figuraient les représentants de notre association n’a malheureusement pas remporté le second tour.
L’activité de Châtillon 2030 ne s’arrête pas pour autant. Nous ne sommes pas un cartel électoral mais
une structure de réflexion visant à porter des idées pour améliorer la vie de nos concitoyens et pour
qu’elle ne se dégrade pas.
L’équilibre d’une commune est toujours fragile. Tout n’était pas parfait ces dernières années mais la
politique menée avait permis à nos yeux de garder une ville où tous avait leur place, en évitant la
ghettoïsation, de riches comme de moins aisés.
Nous continuerons d’être une source de propositions comme nous l’avons été précédemment et
d’alerter au besoin la population et l’autorité municipale en place sur une décision ou une situation
inopportune.
Nous nous exprimerons au conseil municipal et dans les structures où nous siègerons comme le
conseil territorial, les commissions municipales, les futures instances de quartier, etc.
Nous sommes à votre écoute pour relayer vos remarques ou suggestions et échanger avec vous sur
ces sujets.


Alain GAZO

Président de Châtillon 2030
Conseiller territorial
Conseiller municipal

 
PhotoC2030.JPG

Nos ambitions pour la ville

Châtillon 2030 poursuit ses activités entamées il y a plus de trois ans. Cette décision a été confirmée par
notre assemblée générale du 8 juillet. Nous entendons demeurer une force de proposition et de
vigilance, afin de faire évoluer positivement notre ville, en restant à l’écoute de nos concitoyens.
Notre président, Alain GAZO, portera nos idées au conseil municipal, et aussi au conseil territorial où il
vient d’être élu.
Nous serons extrêmement attentifs aux principaux points que nous avons abordés ces 3 dernières
années et que nous avons contribué à mettre en valeur pendant la campagne des Municipales :
-Préserver l’équilibre de notre ville. Cela passe en particulier par une politique de construction de
logements permettant de satisfaire les besoins de toutes les catégories de population, en n’oubliant pas
les logements sociaux intermédiaires que bien des familles réclament. On peut ne plus avoir droit à un
HLM tout en étant dans l’impossibilité matérielle d’accéder à une location onéreuse dans le secteur
privé.
-Maitriser l’urbanisation. Nous souhaitons que le PLUi (PLU intercommunal) limite les constructions dans
les zones mixtes, afin d’y conserver une certaine part de pavillons. Les constructions de nouvelles zones
d’aménagement devront laisser une place significative aux espaces verts ainsi qu’à des activités variées
(artisanat, petites industries propres et novatrices, etc.) et pas seulement des bureaux dont la demande
semble appelée à diminuer.
-Renforcer notre sécurité. Le nombre d’effractions, de vols et de cambriolages parait augmenter. Il faut
prévenir les faits, à travers des dispositifs de vidéo-surveillance par exemple, qui permettent aussi dans
certains cas d’identifier les auteurs de faits délictueux ou criminels. Mais, il faut aussi se mettre en
mesure d’appréhender les auteurs des faits, soit en obtenant une intervention plus rapide de la police
nationale, soit en organisant en conséquence la police municipale.

 

Châtillon 2030 prend acte des résultats des Municipales du 28 juin. Nous félicitons Madame AZZAZ et
ses colistiers pour leur victoire. Nous leur souhaitons plein succès puisqu’il y va de l’intérêt de notre ville
et de nos concitoyens. Nous poursuivrons notre travail entamé il y a 3 ans afin d’apporter des idées et
des suggestions à même de faire évoluer Châtillon positivement. Nous porterons nos remarques par
tous moyens, lors de débats publics citoyens, ou encore à travers notre représentation en conseil
municipal. Nous remercions les Châtillonnaises et Châtillonnais qui nous ont fait confiance au travers de
la liste sur laquelle nous figurions aux Municipales. Ils pourront toujours compter sur nous.

Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

elections2.png
 

Le 28 juin, mobilisez-vous pour le deuxième tour !

Le 28 juin se jouera l’avenir de notre commune pour 6 ans, l’UDI et Châtillon 2030 avaient décidé de
rejoindre dès le premier tour la liste constituée par Jean-Paul Boulet.


Homme d’expérience, il nous est apparu à même d’assurer l’évolution de notre ville, sans
bouleversement. Sa gestion de la crise sanitaire, aidée par une équipe d’adjoints expérimentés et d’une
administration dévouée, nous a donné raison.


D’importantes inflexions avaient été intégrées dans le programme que nous défendions au premier tour :
urbanisation apaisée, laissant une place significative aux espaces verts ; un plan de circulation intégrant
les mobilités douces, sans oublier la place de la voiture ; développement des services à la personne, en
gardant l’objectif d’une ville sûre, grâce au doublement du nombre de caméras vidéo-surveillance et à
l’augmentation du nombre de policiers municipaux ; soutien à l’agrandissement du lycée Monod.


Ces grands axes sont consolidés dans le programme commun aux trois listes fusionnées de droite et du
centre. La liste initiale de Jean-Paul Boulet s’est ainsi enrichie de compétences issues des deux autres
équipes présentes à droite et au centre au premier tour. Nous apportons de la nouveauté ; nous garantissons aussi la stabilité.


Le 28 juin, exprimez-vous ! Choisissez l’expérience et une vision d’avenir réaliste ! Votez pour la liste
Jean-Paul Boulet d’union de la droite et du centre.


Les militants de l’UDI et de Châtillon 2030 qui seront élus sauront défendre vos valeurs.

Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

elections2.png
 

Clarifions la situation dès le premier tour !

Les campagnes électorales tendent malheureusement, ici comme ailleurs, à se terminer par leurs lots de rumeurs, voire d’affabulations de la part de certains candidats. Châtillon 2030 tient à se tenir éloigné de tout cela.

Nous sommes investis depuis 3 ans pour pousser des thématiques relatives à une urbanisation maîtrisée, à une plus grande place pour les espaces verts, à un partage plus équilibré de la chaussée entre automobiles, vélos, etc.

Tout cela ne doit cependant pas faire oublier les fondamentaux : commerces variés, infrastructures proportionnées aux habitations : scolaire, sportive, etc. et surtout préservation de la sécurité comme de l’équilibre général de la commune.

Les temps sont compliqués, on le voit en ce moment. Nous avons besoin d’un capitaine qui tienne le cap durant la tempête avec un équipage motivé et comportant des personnes aguerries.

Voilà pourquoi nous nous sommes associés avec Jean-Paul Boulet et son équipe de départ parce que nous pensons qu’il est à même d’être un bon Maire pour Châtillon.

Quelle est l’alternative ?

La seule liste qui peut nous concurrencer est socialo-écologique.

On le voit à Paris, la gestion de son homologue qui la soutient est controversée.

Mais cette sensibilité existe, il est juste qu’elle soit représentée.

Deux autres listes se présentent aux électeurs : l’une émane de personnes en conflit avec le Maire sortant, essentiellement à la suite d’un espoir déçu, celui d’arriver aux commandes en 2017.

Enfin, une quatrième liste a été déposée in extremis, elle soutient l’actuel gouvernement.

Dès lors, un seul choix s’impose au premier tour pour ceux qui comprennent nos motivations et soutiennent Châtillon 2030, c’est la liste Jean-Paul Boulet dans laquelle nous sommes pleinement engagés.

Miser sur des fusions hypothétiques de listes après le premier tour peut contribuer au succès de la liste socialiste et au risque d’affecter l’équilibre de notre ville.

téléchargement.0203jpg.jpg
 

Groupe UDI/ Châtillon 2030 : Nos orientations dans la crise épidémique

Châtillon 2030 et l’UDI de notre ville ont décidé de créer un groupe au conseil municipal, afin de porter notre parole et nos engagements, dans cette période si difficile.

Nous nous inscrirons dans la majorité municipale en faisant montre de créativité. Notre parole est celle de citoyens épris d’humanisme mais cependant réalistes.

Dans la crise sanitaire que nous vivons, tout le monde a été pris de court, à commencer par le plus haut sommet de l’Etat. Les municipalités sont amenées à pallier les manques de coordination entre les différentes strates administratives, ainsi que l’impéritie de certains acteurs du secteur privé.

A Châtillon, nous soutenons la politique pragmatique et active mise en œuvre par le premier adjoint, Jean Paul Boulet, avec le concours des autres adjoints et des équipes administratives en place. Nous pensons que notre rôle n’est pas de communiquer à tout va en prenant des mesures sans lendemain ou inapplicables, à savoir en premier lieu la protection des personnels municipaux en contact avec le public (CMS, police municipale, etc.). Cette priorité a conduit à préserver notre stock initial de masque. Néanmoins, le groupe UDI-Châtillon 2030 a proposé de prélever une partie de ce stock en faveur des médecins libéraux qui en auraient besoin.  Cette action est en cours.

Le Bureau municipal, réuni par Jean Paul Boulet, a également très rapidement décidé le nettoyage du mobilier urbain, sans tomber dans l’affichage médiatique d’aspersion d’eau de javel dans les rues, dont il a été décrit des effets néfastes pour l’environnement sans effet probant sur le plan sanitaire. Là encore, nous avons pris le temps de la réflexion et nous avons eu raison. La municipalité a immédiatement mis en place une cellule de type « plan canicule » afin d’être en contact régulier avec nos anciens, parfois seuls dans leur demeure.

La question des EHPAD est un souci majeur. Nous sommes atterrés devant le nombre de décès dans ces établissements. Jean-Paul Boulet et le Bureau municipal ont rapidement envisagé un plan de prise en charge des tests des patients et du personnel de ces établissements, pour pallier les insuffisances rencontrées. Il a été immédiatement décidé d’assumer la charge financière des tests qui n’auraient pas été effectués. Cependant, des questions administratives et techniques ont rendu l’opération complexe et longue, alors que nous avons 4 EHPAD dans la Commune. Désormais, nous apporterons une aide logistique et financière aux établissements qui le souhaitent dans le cadre de ce dépistage.

De nombreuses autres actions sont en cours, comme la commande de plusieurs milliers de masques pour nos concitoyens, le soutien aux locataires de logements sociaux en difficulté, ou encore de commerces fermés dont le bailleur est la Municipalité. La préparation de la probable réouverture des écoles fait également l’objet de toute notre attention car de nombreuses mesures de précaution et d’organisation sont à prendre.

L’exécutif municipal est plus que jamais au travail dans ces moments difficiles. L’UDI et Châtillon 2030 mettent toute leur énergie pour faciliter sa tâche.

Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

Imagecomavril20_edited.png
 

Châtillon 2030 engagé dans un projet réaliste et ambitieux

Dans la dernière ligne droite de la campagne des Municipales, les militants de Châtillon 2030 demeurent pleinement engagés pour faire gagner nos idées, et la liste de Jean-Paul Boulet à laquelle nous sommes associés.

Nous retrouvons, en effet, dans son programme, les grands axes qui sont les nôtres :

  • Une urbanisation maîtrisée, à travers des constructions de logements mesurées et étalées dans le temps, faisant une place appropriée aux espaces verts, aux activités commerciales et de services, comme aux infrastructures (établissements scolaires, installation sportive…). Les révisions de PLU récemment initiées dans les zones des ARUES et de l’ONERA, permettront d’atteindre ces objectifs.

  • La mise en œuvre de l’extension du collège George Sand, grâce à la cession au Département du terrain de l’école Jean Jaurès dans deux ans.

  • La mise à disposition de nombreuses places supplémentaires pour les jeunes Châtillonnais à Monod, et à court terme, grâce à l’agrandissement des locaux prévu par la Région sur ce terrain qui appartient au syndicat mixte Clamart-Châtillon. Beaucoup de rumeurs fantaisistes courent actuellement à ce sujet. Rétablissons les faits : une étude va être menée par la Région pour définir les modalités exactes de l’implantation, évidemment en concertation avec toutes les parties intéressées.

  • Les projections d’effectifs scolaires, compte-tenu d’une baisse du taux de natalité, permettent d’augurer que le programme prévisionnel de constructions devrait répondre à la demande (nouvelle école maternelle Jean Jaurès ; groupes scolaires aux ARUES, puis sur le parking de l’ONERA).


  • Le renforcement des dispositifs de sécurité (doublement du nombre de caméras de vidéo-surveillance, augmentation des moyens de la police municipale).


  • La facilitation de l’utilisation de moyens de circulation alternatifs à l’automobile, sans pour autant gêner son utilisation, qui s’avère encore nécessaire pour beaucoup d’entre nous.


  • Un développement raisonné de la démocratie participative.

Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

com0601c.png
 

Communiqué

L’UDI et Châtillon 2030 feront liste commune avec l’Union pour Châtillon

 dirigée par Jean Paul Boulet

pour les prochaines élections municipales

Alain GAZO, responsable de l’UDI pour Châtillon et Président de l’Association Châtillon 2030, et Jean Paul BOULET, tête de liste de l’Union pour Châtillon soutenu par Les Républicains et Libres , ont conclu un accord en vue des élections municipales de mars prochain.
Les nouvelles ambitions pour Châtillon proposées par Jean Paul Boulet répondent aux préoccupations de l’association Chatillon 2030 et notamment : une urbanisation modérée et maitrisée, un développement des circulations douces et des nouvelles mobilités, une sécurité renforcée, un budget participatif proposé aux habitants et une nouvelle offre de services municipaux numériques.
Le travail accompli ces dernières années pour les crèches, les écoles, le sport, les séniors, la jeunesse, la culture, l’environnement et l’animation de la ville devra être amplifié afin de répondre aux demandes des Châtillonnais et préserver le bien vivre à Châtillon
Jean Paul Boulet conduira cette liste commune qui sera composée de Châtillonnaises et de Châtillonnais investis dans la vie locale et associative.

com0601c.png
 
PhotoC2030.JPG

Lycée : mobilisons-nous pour l’extension de Monod !

Parmi les thèmes que nous portons au sein de notre association, figurent en très bonne place ceux concernant l’éducation.

Nous ne pouvons donc que nous réjouir de la décision de principe prise par le Conseil régional d’une extension du lycée Monod à court terme.

Cette solution est la seule qui corresponde au souhait des parents, qui veulent souvent, pour l’enseignement général, que leurs enfants aillent à Monod, plus proche et bien réputé.

D’autres idées fusent, mais les projets apparaissent irréalisables, faute de terrain gratuit disponible pour le Conseil régional, dont on voit mal, par ailleurs, comment il construirait un lycée à si grande proximité d’un autre. Ce qui n’empêcherait d’ailleurs pas les parents de vouloir que leurs enfants aillent à Monod.

Nous appelons donc tous les Châtillonnais et Châtillonnaises à se mobiliser derrière l’équipe municipale, celle-ci comme la suivante, quelle qu’elle soit, car une fronde organisée contre le projet pourrait l’empêcher d’arriver à terme.

Dans ce cas, un plus grand nombre de nos jeunes seraient contraints d’aller dans d’autres établissements, à Châtenay, mais aussi à Bagneux.

Alain GAZO,

Président de Châtillon 2030

 

Lycée : Une grande avancée

Nous venons de connaitre auprès de la Présidente du Conseil régional une très grande victoire au sujet du lycée.

Nos efforts de persuasion, pendant plusieurs années, ont payé. Ceux de moi-même comme adjoint à l’enseignement secondaire, de Jean-Paul Boulet, et bien entendu, du Maire ; Jean-Pierre Schosteck.

Nous allons disposer à court terme pour les jeunes Châtillonnais de davantage de place au lycée Monod, très appréciée pour sa qualité autant que pour sa proximité.

Dans un deuxième temps, une resectorisation appropriée devrait permettre au lycée Monod de retrouver complétement son caractère intercommunal, donc à tous les jeunes dont les familles le souhaitent d’y accéder.

Nous faisons et nous ferons dans le cadre de la majorité élargie dans laquelle s’impliqueront les membres de Châtillon 2030, des réalisations concrètes, répondant aux réalités du terrain, loin de la démagogie totalement utopique de certaines autres listes.

Cet agrandissement du lycée se situe dans le prolongement de celui que nous avons obtenu du Conseil départemental concernant le collège George Sand.

C’est une grande satisfaction pour moi, car nos efforts se concrétisent, et que l’agrandissement du lycée Monod complétera mon action auprès des familles pour obtenir satisfaction au moment des inscriptions.

D’autres sujets sont à l’ordre du jour de la campagne et de nos vœux.

Jean-Paul Boulet mènera une politique d’urbanisme maitrisée respectant les nouveaux équilibres avec des constructions mesurées lorsque cela s’avère nécessaire, une place significative pour des commerces attractifs, et pour les espaces verts.

Du point de vue de la sécurité, nous veillerons au renforcement du dispositif de vidéo-surveillance dans les points sensibles qui nous ont été signalés, ainsi qu’à celui de la police municipale.


Nous serons ravis de recevoir vos suggestions afin de compléter notre action et notre réflexion.


Alain GAZO,

Président de Châtillon 2030

Resized_20200202_105807_2752.jpg
 
Crowd Cheering

Belle mobilisation autour de la liste de Jean Paul Boulet ce dimanche matin au marché.

De nombreux échanges avec les Châtillonnais. Merci à toutes et à tous.

 

CHATILLON 2030 S'ENGAGE DANS LA CAMPAGNE MUNICIPALE AUX COTES DE JEAN-PAUL BOULET

Image0120_edited.png
 

chatillon2030

Le 17 novembre sur le marché à l'écoute des chatillonais

IMG_95881.jpg
 

Communiqué

L’UDI et Châtillon 2030 feront liste commune avec l’Union pour Châtillon

 dirigée par Jean Paul Boulet

pour les prochaines élections municipales

Alain GAZO, responsable de l’UDI pour Châtillon et Président de l’Association Châtillon 2030, et Jean Paul BOULET, tête de liste de l’Union pour Châtillon soutenu par Les Républicains et Libres , ont conclu un accord en vue des élections municipales de mars prochain.
Les nouvelles ambitions pour Châtillon proposées par Jean Paul Boulet répondent aux préoccupations de l’association Chatillon 2030 et notamment : une urbanisation modérée et maitrisée, un développement des circulations douces et des nouvelles mobilités, une sécurité renforcée, un budget participatif proposé aux habitants et une nouvelle offre de services municipaux numériques.
Le travail accompli ces dernières années pour les crèches, les écoles, le sport, les séniors, la jeunesse, la culture, l’environnement et l’animation de la ville devra être amplifié afin de répondre aux demandes des Châtillonnais et préserver le bien vivre à Châtillon
Jean Paul Boulet conduira cette liste commune qui sera composée de Châtillonnaises et de Châtillonnais investis dans la vie locale et associative.

com0601c.png
 
PhotoC2030.JPG

Urbanisation, espaces verts, commerce…
Nos idées de plus en plus partagées !

Nous nous réjouissons que nombre des thèmes qui nous tiennent à cœur fassent l’objet de débats et de propositions en ce début de précampagne municipale.

Notre but principal est, en effet, de faire avancer notre ville dans un projet à dix ans, à partir de quelques axes prioritaires :

  • Se donner les moyens de loger convenablement les foyers à la mesure de leurs ressources, alors que la demande est croissante, et le prix du mètre carré, à l’achat comme à la location, de plus en plus élevé.

  • Déterminer un schéma urbain associant logements, infrastructures scolaires, sportives… ; plans de circulation revus et intégrant les nouveaux modes de déplacement.

  • Faire une place plus importante aux espaces verts. 

  • Revivifier le commerce.

  • Garantir la meilleure sûreté possible.

  • Développer la démocratie participative de manière raisonnable et utile.

Notre ville a beaucoup grandi, très vite. Rançon de notre succès, de nombreuses familles souhaitent rejoindre Châtillon, si proche de Paris, mais plus au calme et moins onéreuse.

Les nouveaux habitants rencontrés lors des journées d’accueil qui leurs sont consacrées par la Municipalité se déclarent quasi-unanimement satisfaits.

Mais, évidemment, le monde change, la France bouge, alors que le déploiement du numérique procure pléthore de nouveaux usages mais aussi des mutations parfois difficiles. Dès lors, certains axes de la politique de notre ville doivent être réorientés, ici comme ailleurs.

Nous continuerons notre action thématique dans les prochaines semaines, mais nous nous engagerons certainement sur le terrain auprès de la liste qui nous semblera garantir un projet à dix ans et plus en cohérence avec nos axes préférentiels, ainsi que la continuité dans les nombreux domaines où les résultats actuels sont plébiscités.

Châtillon 2030

 
lyceeMonod.jpg

Lycée : clarifions les perspectives !

22 juillet 2019

Les affectations des jeunes châtillonnais aux lycées d’enseignement général suscitent chaque année des polémiques.

Je voudrais tout d’abord indiquer que le sujet des lycées d’enseignement professionnel n’est jamais abordé, alors qu’il concerne 25 à 30% d’une classe d’âge, et que nous devons avoir le plus grand respect pour ces filières.

Quant à l’enseignement général, un lycée intercommunal a été construit il y a une quarantaine d’années par les villes de Châtillon et de Clamart, à la limite des deux communes. Les bâtiments ont été édifiés sur Clamart mais le terrain abritant les locaux scolaires et sportifs appartient toujours au Syndicat Mixte Clamart- Châtillon administré par les représentants de nos deux villes.

Le lycée intercommunal Jacques Monod a toujours accueilli des jeunes clamartois et châtillonnais, davantage de clamartois pour des raisons essentiellement démographiques.

Actuellement, Jacques Monod demeure le premier établissement d’enseignement de secteur pour les jeunes châtillonnais.

55% de la promotion de 3ème de 2018/2019 intégrera Monod à la rentrée (*).

Les parents ont confiance en cet établissement qui est proche géographiquement. Cependant, ils apprécient également d’autres lycées, par exemple Marie Curie et Michelet, plus lointains, mais qui sont attractifs. 10% de la promotion intégrera ces établissements en septembre (*).

22% iront à Mounier, moins proche que Monod géographiquement, mais également bien perçu (*).

La question qui inquiète les parents est surtout la suite avec les constructions à Clamart, non loin de Monod.

Les lycées sont gérés par la Région et ne sont ni ne seront jamais affectés aux élèves d’une seule commune. Cependant, il est vrai qu’il faut se préoccuper de la suite.

C’est ce que je fais déjà dans le cadre de mes fonctions d’adjoint au maire, délégué à l’enseignement secondaire, et cela doit être l’un des sujets traités lors de la prochaine mandature. En définissant des objectifs à partager avec le Conseil régional et en concertation avec les communes limitrophes.


Pour le moment, je me suis attelé à permettre au maximum d’élèves d’aller dans le lycée d’enseignement général de leur choix – et ce n’est pas toujours Monod, à travers des discussions et négociations régulières avec la Direction Académique. Mais évidemment, demain, il faudra redessiner le paysage en collaboration avec la Région, en permettant bien sûr au maximum de Châtillonnais qui le désirent d’aller au lycée intercommunal qu’est Monod.

Châtillon 2030 se montrera particulièrement attentive sur ce point dans le cadre de la construction du programme de la liste à laquelle nous collaborerons.


Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

(*) Source DASEN au 15 juillet 2019

 
Image1911.png
 

URBANISME : Pas de nouveau grand chantier d’ici les élections !

Châtillon 2030 est fermement opposé à toute nouvelle décision d’importance concernant l’urbanisme d’ici les élections de mars prochain.
La campagne permettra aux différents projets d’être confrontés et à nos concitoyens de trancher les grands dossiers d’ici la prochaine mandature.
Pour notre part, nous souhaitons que les projets immobiliers soient freinés, afin de concevoir un aménagement facilitant un meilleur équilibre de la ville, et de permettre la réalisation des infrastructures qui s’avèreraient indispensables dans un délai convenable, sans oublier l’intégration d’espaces verts.

 

Sûreté à Châtillon : de nouvelles mesures à prendre

La délinquance et les incivilités augmentent en France. Châtillon n'échappe malheureusement pas à cette dégradation, même si c'est dans une moindre mesure que dans certains autres territoires.

Châtillon 2030 s'engage comme une force de réflexion et d'action pour les prochaines municipales. La sûreté devra être l'un des engagements-clés de la liste de rassemblement et de renouveau à laquelle nous aspirons et dont nous serons partenaire.

Cette sûreté ne passe évidemment pas que par une réponse sécuritaire, même si elle est indispensable.

L'équilibre général de la ville comme l'absence de cloisonnement entre les quartiers ou les communautés doit être impérativement préservé. Cela passe par une politique d'urbanisme cohérente, et un tissu associatif vigoureux.

Alain Gazo

Président de Châtillon 2030

 
Donation Boxes

Actualités

12 juillet - Châtillon 2030 s’engage pour les Municipales de 2020

Châtillon 2030 a décidé, lors de sa réunion plénière du 3 juillet, de s’engager dans la campagne des Municipales de 2020, aux côtés d’autres formations et associations partageant ses objectifs.

Des discussions ont été entamées dès à présent avec les partenaires qui nous semblent les plus proches de nos sensibilités.

Nos axes principaux sont :

  • L’urbanisme et les équipements

Le besoin en logements est important, mais il faut préserver l’équilibre général de la ville, entre les quartiers, et en termes de répartition des habitations, des commerces, des infrastructures (sports, écoles…), des zones d’activités.

  • Espaces verts

Nous devons réserver dans les futurs aménagements une place significative aux espaces verts.

  • Mobilité

Une refonte des plans de circulation est nécessaire en intégrant dans notre réflexion les dispositifs d’avenir. 

  • Sûreté

Il faut mettre en place des instruments ou moyens supplémentaires de prévention et de dissuasion.

Tout cela dans le cadre du développement de la démocratie participative, lancée lors de la présente mandature par notre Président, Alain Gazo, en tant que maire-adjoint délégué, dans un cadre cependant encore trop restreint.

Contre la fermeture de classe à l'école des Sablons - CHATILLON 2030 présent le 14 juin pour soutenir élèves et parents

15  juin  2019

La démocratie participative à Chatillon - Entretien avec Alain Gazo - Président de Chatlllon 2030

11 juin  2019

Urbanisme : retrouver plus de lisibilité et de cohérence - Entretien avec Alain Gazo - Président de Chatlllon 2030

9 juin 2019